Le baroquisme d'Emir Kusturica, un cinéma de la métamorphose.

 Disponible sur amazon.fr

 

41A+Yvp7NmL SL500 AA300

 

 

 

 

 

 

 

Y aurait-il connivence entre les formes esthétiques du Baroque du XVIIème-XVIIIème siècle et le cinéma de Kusturica? Comment envisager une telle mise en perspective sans créer d'anachronismes? L'analyse des formes du Baroque historique permettra d'établir une définition du "baroquisme", c'est-à-dire l'essence du Baroque qui s'expatrie dans le cinéma de Kusturica. Le baroquisme de Kusturica exploite les caractères du Baroque historique : surcharge ornementative, bariolage des couleurs, entrecroisement presque illimité des courbes du dessin, voltes et contrevoltes, noeuds dans les corps et dans les décors. Mais le baroquisme de Kusturica déborde largement la sphère esthétique imaginée au XVIIème siècle. Si Kusturica reste fidèle au principe baroque qui considère la réalité comme changeante et imparfaite, c'est pour mieux suivre l'individu dans toutes ses métamorphoses corporelles imparfaites : de son propre anéantissement (dégradation physique, ivresse, suicide) jusqu'à sa remontée vers la vie, son envol vers le plaisir et la volupté.